Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/07/2016

Quand "L'action enchaînée" déchaînait les passions

 

L’action enchaînée, tu connais ? J’en ai parlé dans un com de notre amie Pat « du Pied de la Tour ». Pour beaucoup, il s’agit d’un bronze se trouvant dans le jardin des tuileries à Paris, doisneau.jpgil y a d’ailleurs une célèbre photo de Doisneau où l’on peut voir des ouvriers la mettre en place et pour cela, poser leurs mains sur les formes rebondies de la « dame ». Pour les encyclopédies en ligne, elle se trouve effectivement à Paris.

Mais ce n’est que menteries, ah ben oui, l’original trône dans un tout petit village de la vallée du Var, Paris n’a que la copie. Tu ne me crois pas ? Tu prétends que c’est l’inverse ? Et bien tu te trompes, « l’action enchaînée » a été créée pour rendre hommage à l’enfant du pays, le révolutionnaire Auguste Blanqui, avec qui j’ai l’honneur de partager mon lieu de naissance.

109ao.jpg

Sur le socle de la statue du village sont écrits ces quatre vers

 

« Contre une classe sans entrailles 

Luttant pour le peuple sans pain

Il eut vivant quatre murailles

Mort, quatre planches de sapins »

 

Eugène POTTIER (auteur de l’Internationale)

 

Et cet Epitaphe, même à Paris, « ils » ne l’ont pas !!!!

Ça, c’est pour la grande histoire, moi, tu me connais, j’aime bien les anecdotes savoureuses, et à ce propos, je vais t’en conter une.

005.jpgQuand la statue fut érigée au début du vingtième siècle elle fut placée sur la place de la mairie, face à celle-ci. Mais avant de continuer, il faut que je te dise, qu’en face, il y a l’église. Quand les républicains libres penseurs tiennent les rênes de la commune, la place devient « place de la Mairie » lorsque les affreux « réactionnaires calotins » renversent les « rouges, », elle se transforme en « place de l’église ». Enfin, c’était comme ça à l’époque.

Donc, quand cette bande de « communards » (Blanqui en fut en 1871) installa l’œuvre de Maillol face à la mairie, « les culs bénits » protestèrent,

« Comment ose-t-on exposer cette indécente femme aux formes opulentes qui montre son ……..arrière train aux fidèles à la sortie de la messe ? ».

Pour ça, c’est sûr, les enfants de cœur ne pouvaient plus ignorer ce qu’était un « beau cul ».

Dès qu’elle reprit la mairie, la « calotte »  s’empressa de la changer de place, et de l’installer devant la gare, au grand dam des « rouges » car notre statue était aussi connue sous le nom de la « liberté enchaînée »

« Regardez les, ils veulent chasser la « liberté » et l’envoyer en exil ». Ils n’avaient pas tort, car la belle dame repartie finalement pour Nice pendant quelque temps avant de revenir par un train que conduisait mon grand père en personne. (Et oui, mon papé à ramener « la liberté » dans son village)

Finalement, aujourd’hui, l’action enchaînée se trouve à coté du jeu de boule, tout le monde est content, à condition bien sûr que les joueurs ne la confondent pas avec « Fanny ».

Merci à Pat de m'avoir inspiré cette note.

Commentaires

Pfffff !! le hérisson ne m'a rien dit !
Ben nous avons la rue Auguste Blanqui à Boucoiran.
Voilà une note qui me "cultive"
(ya encore du boulot)

Écrit par : ColàPat | 03/10/2013

Les commentaires sont fermés.