Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/09/2015

Comment mon grand père fut amené à participer aux Jeux Olympiques de 1924!

Non, ne cherchez pas dans les tablettes, vous n’y trouverez pas le nom de mon grand père parmi les participants officiels des jeux Olympiques de 1924 à Paris, et pourtant….
Revenons donc en arrière, en 1924, mon grand père travaillait à la Société Générale… Mais il vaut mieux que je lui laisse la plume et qu’il vous narre lui-même cette aventure, je vous invite donc à le rejoindre au sein de ses mémoires qu’il nous a laissé avant de nous quitter en 1983..
"C’est une histoire absolument authentique, malgré les apparences. Un jour un collègue vint me trouver, (il était au service des Renseignements Financiers). C’était la Société Générale qui assurait le service financier du stade de COLOMBES, construit spécialement en vue des jeux olympiques de 1924.
Le collègue me dit “Tu habites COLOMBES ? Peux-tu me remplacer Dimanche prochain au stade ? , Tu toucheras une vacation de 20 Frs”. J’ai accepté, il m’expliqua ce que je devais faire, le Dimanche à 10h je fus placé par le chef des contrôleurs à une porte avec deux autres contrôleurs.
Les heures passèrent et je vis arriver à l’extrémité opposée un groupe d’une vingtaine de personnes avec en tête le chef des contrôleurs. Arrivé à notre porte il me dit simplement : ”Suivez-nous”. Je me demandais bien ce que cela voulait dire et nous arrivâmes au quartier des athlètes. Nous attendîmes un moment, puis après avoir discuté avec d’autres officiels, on appela les trois premiers des épreuves, parmi les étrangers beaucoup étaient repartis dans leur pays, c’est alors que l’on plaça derrière la pancarte de la délégation et des officiels, quelques gars comme moi. On forma le cortège pour faire notre entrée sur le stade olympique derrière les trompettes de la Garde Républicaine.
Nous en étions les premiers surpris et nous prenions tout cela avec un certain sourire. C’est probablement, depuis cette époque, que les récompenses sont remises aux athlètes aussitôt les résultats connus, ce qui est beaucoup plus juste et logique. Mes frères et ma famille furent au courant dès que je repris ma liberté. Je crois que le secret a été bien gardé, car je n’en ai pas eu d’échos et pourtant je n’avais pas rêvé.
C’est ainsi que pour le défilé, je me suis trouvé placé à coté de Charles RIGOULOT qui était en tenue de sapeur pompier de PARIS.
(RIGOULOT était Champion de FRANCE de lutte)."

Nous n’avons jamais su de quel métal était la médaille qui lui fut remis, ni dans quelle discipline et encore moins pour quel pays……….
(Redifusion d'une note du 22 Mai 2008.)

Le mot de Chimulus
616117362.jpg

Les commentaires sont fermés.